Les appareils de chauffage

La plaquette

Les chaudières automatiques

Les chaudières automatiques permettent de se décharger de la nécessité d'un rechargement quotidien. Elles fonctionnent à partir de plaquettes ou de granulés, sont associées à une réserve de combustible (silo), et disposent d'un système d'alimentation automatique.

 

Le rechargement peut ainsi être réduit à une fois par an pour les petites installations, comme pour une chaudière au fioul. Ces systèmes sont adaptés pour le chauffage de grosses installations, ou pour des systèmes collectifs.

Mais, il faut noter que ces chaudières sont contraignantes à installer en raison de leur coût élevé, de la place qu'elles prennent (avec le silo attenant), et de la nécessité de disposer d'une voie d'accès pour les camions d'alimentation.

Pour qui ? 

  • Les gros consommateurs de chaleur

  • Les industriels

  • Les logements collectifs

  • Les bâtiments publics/communaux

Pour aller plus loin :

Fonctionnement d'une chaufferie automatique
Principe de la bi-énergie
Organisation de l'installation
Réseau de chaleur
 

Quel combustible ?

Le type de combustible à utiliser dépend de plusieurs éléments, parmi lesquels :

  • La structure du site

  • Le type de chaudière et la puissance nécessaire

  • La consommation en énergie finale

S'il n'existe pas un combustible meilleur que l'autre, il faudra utiliser celui qui garanti la facilité de l'approvisionnement et une autonomie convenable pour le silo.

NB : En règle générale, on préconise la plaquette forestière pour les installations d'une puissance supérieure à 100kW et le granulé  pour une puissance inférieure ou égale à 100kW. 

Les chaudières à bûches

Ce sont des chaudières à alimentation manuelle, destinées aux particuliers. Elles doivent être rechargées régulièrement en bûches ou briquettes, ce qui rend leur utilisation contraignante et physique. Néanmoins, par rapport à des chaudières à alimentation automatique (à plaquettes ou granulés), cet appareil permet un gain de place (pas de silo attenant à la chaudière, mais stockage des bûches au sec nécessaire) et un investissement moins lourd .Les chaudières modernes disposent d'équipements permettant d'automatiser l'allumage, d'optimiser la combustion (modulation de l'arrivée d'air) et, ainsi, de réduire les émissions de polluants (particules fines, monoxyde de carbone...).

Ces chaudières sont couplées avec un réseau de chaleur à eau chaude, et certaines permettant aussi la production d'eau chaude sanitaire. Des ballons d'eau chaude sont à associer à ces chaudières pour optimiser leur fonctionnement et limiter le nombre de rechargements en bois.

Pour qui ?

En remplacement d'une chaudière gaz/fioul chez le particulier possédant une maison individuelle/habitation munie d'un réseau de chauffage à eau.

Rendement énergétique compris entre 70 % et 85 %, c'est une donnée technique que le label "Flamme verte" garantit.

Ces chaudières non automatiques ne sont pas éligibles aux financements ADEME/AUE.

NB : Ce type d'équipement peut faire l'objet d'une aide financière EDF Agir+.

Consulter le guide des aides Agir +

Le poêle

Bien que le principe du poêle soit très ancien, il existe à l'heure actuelle des systèmes perfectionnés qui permettent d'en optimiser l'efficacité.

Le principe consiste en une chambre de combustion en fonte ou en briques réfractaires, qui diffuse la chaleur à l'ensemble de la pièce de façon très progressive. Certains poêles récents disposent de systèmes de contrôle de l'arrivée d'air ou de systèmes de post-combustion.

Les installations à granulés sont à alimentation automatique, ce qui présente de nombreux avantages en terme de rendement, de manutention et d'entretien. Le rendement des poêles peut alors dépasser 80 %.

Pour qui ?

En appoint d'un système de chauffage conventionnel chez le particulier, placé dans la pièce à vivre principale

Quel que soit le combustible utilisée, le label "Flamme verte" garantit un rendement énergétique minimum de 65 %.

NB : Ce type d'équipement peut faire l'objet d'une aide financière EDF Agir+.

Consulter le guide des aides Agir +

L'insert ou foyer fermé

 

Lorsque le foyer de la cheminée est fermé par des plaques vitrocéramiques ou des parois en fonte, on parle d'insert.

Ce système permet d'améliorer nettement le rendement thermique de la cheminée, qui peut monter de 30 à plus de 70 %. Le label "Flamme verte" garantit le rendement énergétique minimum de 65 % de ces installations.
Il en existe de plus ou moins sophistiqués, avec possibilité de réglage de l'arrivée de l'air et système de post-combustion.
Il est également possible d'installer un réseau de circulation d'air chaud, ce qui permet de chauffer l'ensemble de la maison. Attention toutefois à prévoir un ramonage tous les six mois en raison de l'utilisation plus intensive du conduit de cheminée que pour un foyer ouvert.

Pour qui ?

En appoint d'un système de chauffage conventionnel chez le particulier, placé dans la pièce à vivre principale

NB : Ce type d'équipement peut faire l'objet d'une aide financière EDF Agir+.

Consulter le guide des aides Agir +

© 2017 par Silvacoop